Donato Racciatti

Donato Racciatti est né en Italie en 1938.

Une fois installé en Uruguay, il étudie et pratique la musique de tango et fait ses débuts à la radio en tant que bandonéoniste à l’âge de 20 ans.

Peu de temps après, il intègre l’orchestre Laurenz-Casella.

À 30 ans, il crée son orchestre dans lequel joue le bandonéoniste Raúl Jaurena.

Son succès le conduit à beaucoup jouer à la radio et à faire des tournées en Uruguay et au Brésil (plus tard au Japon comme le feront Miguel Villasboas et Florindo Sassone dans les années 60) et à participer à des comédies musicales à Montevideo.

À partir de 1953, il engage une importante collaboration qui durera sept ans avec Nina Miranda et Olga Delgrossi.

Très connu en Argentine, il participe à partir de 1960 à de nombreuses émissions de radio et télévision tout en jouant dans des cabarets célèbres, et il sillonne le pays où il donne de nombreux concerts qui connaissent un grand succès auprès des danseurs. Ce succès ne s’est jamais démenti et certains artistes contemporains célèbres dansent sur sa musique comme Fabian Peralta et Virginia Pandolfi  ou Ariadna Naveira et Fernando Sanchez en 2009 :

.

.

Cette renommée lui permet d’accroître sa réputation et ses ventes de disques atteignent des sommets.

Il a aussi composé plusieurs oeuvres dont Tu corazón et surtout Hasta siempre amor en 1953 que Carlos Di Sarli a enregistré avec son dernier chanteur, Horacio Casares.

Il meurt en 2000.

LE STYLE DE DONATO RACCIATTI

Le style de Donato Racciatti se caractérise par l’importance donnée à la mélodie assise sur un rythme bien marqué mais surtout par l’importance des tangos vocaux où les voix féminines sont reines.

La ligne mélodique est omniprésente à l’image des caractéristiques d’un autre musicien uruguayen, à savoir Miguel Villasboas. Mais alors que ce dernier plaçait la mélodie sur un rythme régulier et constant, Donato Racciatti marque la mélodie par un rythme beaucoup plus contrasté, marqué et puissant dans le but de faire danser, sans avoir pour souci d’innover dans le domaine musical comme ont pu le faire Osvaldo Pugliese, Juan D’Arienzo, Astor Piazzolla, etc.

Alors que Villasboas donnait à ses exécutions une couleur qui rappelait celle de Roberto Firpo, Donato Racciatti se rapprocherait plutôt de Juan D’Arienzo précisément en raison du traitement du rythme.

Garufa

Mais la comparaison s’arrête là car la part des tangos chantés est très importante chez Racciatti, ce qui n’était pas le cas dans l’oeuvre de D’Arienzo qui privilégiait les aspects instrumentaux du tango.

En effet, les tangos chantés sont particulièrement nombreux et représentent 61 % de l’intégralité de ses enregistrements. Cet atypisme n’est pas le seul : la part des voix féminines est prépondérante et rien qu’à elles deux, Nina Miranda et Olga Delgrossi représentent environ la moitié du total des oeuvres chantées.

Venganza par Nina Miranda

Loca par Olga Delgrossi

Que se vayan par Carlos Roldan

Cette prédominance des voix féminines contraste avec certains musiciens comme Rodolfo Biagi qui n’avait jamais enregistré avec une chanteuse.

DISCOGRAPHIE

Pour la partie chantée, il existe plusieurs disques de collection :

Pour la partie instrumentale :

Publicités

Previous Older Entries

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 278 autres abonnés