Miguel Villasboas

Miguel Villasboas est né en Uruguay en 1936. Il a vécu dans un contexte familial où la musique était présente : son père était pianiste et c’est d’ailleurs ce dernier qui lui donnera ses premiers cours de musique et de piano ; sa mère faisait partie du monde lyrique.

Sans aucune opposition familiale contrairement à ce qu’avait connu Julio De Caro par exemple, il s’est très vite intéressé au tango tout en étudiant l’harmonie, la composition, la théorie musicale, ce qui lui a donné une très solide culture doublée d’une pratique instrumentale.

À 16 ans, il forme son premier orchestre le Quinteto Miguelito avec lequel il joue dans des bals et à la télévision tout en donnant des récitals. Il animera aussi les bals de la Semaine du Carnaval.

En 1955, il intègre l’orchestre de Nicolás Agapios. À la mort de ce dernier quatre ans plus tard, et afin d’honorer les contrats qui étaient prévus, il décide de créer El Quinteto Bravo del 900.

Lors de la dernière apparition de Firpo public en 1964, il joue devant lui et il est chaleureusement félicité par son illustre prédécesseur.

La carrière de Villasboas a été marquée par plusieurs tournées dans divers pays : évidemment en Uruguay, mais aussi en Argentine, aux États-Unis, au Brésil et surtout en Australie et au Japon où en 2001, il donne plusieurs concerts à Tokyo, Osaka et Hiroshima et participe aussi à une grande émission à la télévision nipponne, la NHK.

Sa carrière a été marquée par un engagement syndical auprès de la Sociedad Uruguaya de Interpretes et de la Sociedad de Autores del Uruguay (l’équivalent de la SADAIC en Argentine).

LE STYLE DE MIGUEL VILLASBOAS

Le style de Miguel Villasboas se caractérise par l’importance accordée à la ligne mélodique, enrichie par des variations et des harmonies, mais surtout, il a pour trait fondamental l’énergie qui se dégage de ses interprétations.

La place prépondérante accordée à la mélodie ne doit pas conduire à penser qu’il s’est inscrit dans la couleur des tangos des années 1930 où la mélodie pouvait être trop prégnante au point de nuire à la danse (phénomène contre lequel lutteront des musiciens comme D’Arienzo ainsi qu’il est expliqué dans l’article qui lui est consacré).

En fait, il a étudié les mélodies de la Guardia Vieja mais en les modernisant et en leur insufflant une énergie très puissante, sans compter qu’il connaissait très bien Fresedo, Caló, Canaro et D’Arienzo, adeptes de la mélodie pour les trois premiers et du rythme pour le dernier.

En ce sens, il y a une ressemblance très forte avec Roberto Firpo, illustre musicien du XXème siècle dont une part notable de ses interprétations avaient un dynamisme qui ferait pâlir certains orchestres modernes actuels considérés comme plein d’entrain. Cette ressemblance avec Firpo n’est guère étonnante, car Villasboas l’admirait tellement que pour lui rendre hommage, il a composé A Roberto Firpo.

Ce dynamisme chez Villasboas se retrouve aussi bien dans les tangos que dans les milongas mais c’est surtout dans les valses qu’il est exacerbé.

Apolo

Gallo ciego

On chercherait en vain chez lui les subtilités de Troilo, Pugliese, etc., car malgré son immense culture musicale qui confinait à l’érudition et qui l’a conduit à enseigner la musique pendant longtemps, il n’était pas dans une recherche musicale poussée paradoxalement, seul comptait en effet pour lui le but de faire danser. C’est la raison pour laquelle il a été parfois injustement « catalogué » de musicien populaire malgré son énorme succès auprès des danseurs qui ne s’est jamais démenti.

Il a beaucoup enregistré avec une part instrumentale pratiquement exclusive. En effet, sur 280 enregistrements, on compte 277 oeuvres orchestrales. Gerardo Sosa et Julian Miro sont les seuls chanteurs à avoir chanté avec son orchestre.

DISCOGRAPHIE

Ces disques permettent d’avoir une idée précise du style de Villasboas :

Publicités

A vous d'écrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 271 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :