Nicolas, Gustavo, Marc et les autres.

Je ne pensais pas que mon bref article « Défense d’entrer » du 11 mars allait susciter une telle passion sur Facebook et une telle quantité de commentaires.

Aussi, je réponds globalement ici aux commentaires et opinions exprimés.

utlign5

Pour mon dernier commentaire sur ce sujet, je voudrais préciser quelques points.

1) Et si Marc était aux danseurs amateurs que nous sommes ce que Gustavo Naveira est aux danseurs professionnels ?

Ce n’est pas parce que Marc est un ami que j’ai pris position sur cette affaire d’autant plus que mon style de tango préféré est celui appelé « Estilo Villa Urquiza ». J’aurais fait de même pour toute personne dans ce cas de figure.

Depuis des années, je le vois danser et notamment depuis deux ans lors des Milonga Ophelia.

Son évolution sur la piste ne me semble pas contraire au code du tango argentin dont je suis effectivement l’auteur, dans la mesure où il évolue au milieu de la piste sans gêner qui que ce soit, me semble-t-il, (ce qui n’ exclut pas évidemment qu’il puisse comme tout un chacun créer un incident de piste ou qu’un « ventilateur automatique » exécute des boléos intempestifs).

Si vous le regardez danser, vous constaterez qu’il est toujours sur la musique (c’est sans doute une des explications de l’acceptation de danseuses confirmées de danser avec lui), alors que certains danseurs qualifiés de bons danseurs sont parfois contre la musique car ils sont obnubilés par l’exécution de séquences apprises qu’ils veulent à tout prix reproduire.
Il arrive tôt en milonga et visiblement il quitte la piste quand elle est bondée (bien qu’il danse parfois milonguero).

Les tenants de l’orthodoxie du tango si tant est qu’elle puisse exister puisque le tango est une danse d’improvisation où l’apport personnel est particulièrement développé peuvent difficilement comprendre sa conception du tango à mon avis fondé sur l’amusement, la joie et la liberté d’expression. En ce sens, le tango représente pour lui tout sauf une thérapie, un exutoire à un mal-être personnel ou social et encore moins la volonté de prouver quelque chose aux autres.

C’est la raison pour laquelle je ne pense pas qu’il agisse dans la provocation érigée en système mais qu’il considère cet univers comme un simple terrain d’expression libre mais dans le respect des autres, et qu’il ne faut pas apprécier sa façon de danser avec les critères habituels applicables à la très grande majorité des personnes (Coco Dias dit la même chose sur son tango qui lui est propre).

À la lecture de certains commentaires et dans le choix de certains mots que je trouve durs, je me demande si ce n’est pas plus sa personnalité et ce qu’il représente qui dérange plus que le tanguero qu’il est, sachant que c’est quelqu’un de charmant en dehors de la piste, toujours naturel et sympathique.

Toutes proportions gardées car je ne compare pas Marc aux danseurs de tango célèbres, la différence est-elle si grande entre son style personnel et le style classique des danseurs amateurs que nous sommes quand on examine l’amplitude qui peut exister au sein des danseurs professionnels entre Javier Rodríguez et Gustavo Naveira (j’admire les deux) dont certaines vidéos montrent que le public rit face aux facéties originales de ce dernier et à son intrépidité mais qui est toujours extraordinairement sur la musique ?

Je suis persuadé que pour certains aficionados Gustavo Naveira (l’inventeur je crois de l’ocho cortado pratiqué par tous les danseurs) a un style étrange et peu académique (jusqu’à sa joie communicative, sa façon de faire participer le public, le bruit ponctuel de ses chaussures et sa façon très peu orthodoxe d’aller vers sa partenaire à la façon d’un boxeur qui fait ses premiers pas sur un ring), et pourtant c’est très beau :

.

.

Le terme original utilisé dans certains commentaires est plutôt un vrai compliment.

En effet dans l’histoire de l’art, principalement en musique et en peinture, il suffit de dresser la liste des originaux exclus (parfois même par leurs pairs) car hors normes, indésirables ou refusés, etc., pour constater que leurs thuriféraires ont été vite oubliés et que les originaux en question ont marqué l’histoire.

Voici quelques exemples d’originaux plus ou moins farfelus et très largement critiqués à leur époque dont l’histoire a prouvé qu’ils avaient complètement tort et n’avaient aucun talent… c’est pour cela qu’on les joue plusieurs siècles après ou que leurs toiles sont encore exposées des décennies  plus tard :

– Mozart qui mettait parfois trop de notes selon Joseph II.
– Édouard Manet, un des exclus qui a été contraint d’exposer au Salon des Refusés sa célèbre toile à qui on ne refuse rien car bien mise en évidence de nos jours au Musée d’Orsay (Le Déjeuner sur l’herbe).
– Whistler.
– Giuseppe Verdi, interdit d’entrée au Conservatoire de Milan en raison de sa « mauvaise position des mains au piano ».
– Combien d’écrivains laissés à la porte de l’Académie française dont leur réputation est universellement reconnue alors que d’autres qui en ont fait partie étaient si brillants que personne ne peut citer une seule de leurs oeuvres ?
– Nicolas Copernic, véritable hérétique au XVIe siècle pour avoir affirmé la place centrale du soleil et les planètes qui tournent autour de lui.
Comme il est acquis que Marc danse toujours au milieu de la piste et que les gens tournent autour de lui selon un système d’attraction réfrénée apparemment, je me demande s’il n’est pas la forme aboutie de cette révolution copernicienne appliquée à l’univers du tango dont on serait les satellites.

2) Sur le principe d’égalité de traitement des danseurs et la hiérarchie des priorités.

Le responsable d’une milonga devrait limiter son rôle au bon déroulement de la danse sur la piste et interdire l’entrée à des cas tout à fait exceptionnels fondés sur l’ivresse, l’agressivité notoire, le vol, etc. qui reposent sur des motifs légaux.
Interdire l’entrée à quelqu’un à la vue potentielle de tous est très maladroit. La personne interdite d’entrée ne peut que se sentir blessée, les autres aussi pour leur majorité. Quant à la personne ou la structure qui exclut ce n’est pas forcément une bonne chose pour elle et cela nuit à son image (parfois même quand l’exclusion est fondée).

De façon régulière, des danseurs – et toujours les mêmes – ont un comportement autrement plus gênant voire dangereux pour les autres que l’adoption d’un style très personnel. Par l’intermédiaire de mon blog, je reçois régulièrement depuis des semaines des informations sur par exemple telle milonga où débarque un groupe homogène de danseurs de telle ou telle « chapelle » qui s’approprie la piste, une autre milonga où paraît-il on ressent un tel esprit de compétition que le climat est lourd voire irrespirable si vous n’avez plus 30 ans, etc.

De mes propres yeux, je vois régulièrement des danseurs ou danseuses qui manifestement ont un comportement dangereux pour les autres (boléos très amples et très hauts, etc.) qui, soit dit en passant, ne peuvent pas créer le moindre incident de piste car les autres couples s’en préservent en mettant une grande distance entre eux mais évidemment au détriment de l’espace collectif, danseurs qui traversent allègrement la piste pour aller au bar, etc. Pour ma part ce qui me surprend c’est que ces personnes ne sont jamais exclues alors qu’elle devraient l’être vraiment en priorité. Ce n’est pas quelqu’un comme Marc qui me gêne car j’ai souvent évolué à ses côtés sans aucun problème mais ceux qui sont dans la démonstration régulière dans un espace partagé qui ne s’y prête pas du tout.

3) La notion de bon danseur et de bons professeurs.

Si je fais la synthèse de certains commentaires, ils corroborent la tendance de plus en plus marquée vers un élitisme autoproclamé par des groupes ou un style enseigné ici ou là. Ceci correspond à un sectarisme auto-suffisant où si vous n’êtes pas dans la norme décrétée, vous ne serez absolument pas considéré quelles que soient vos qualités.

Or le tango mériterait d’être relativisé car il reste une activité de loisir, de distraction et d’amusement même si je conçois qu’on puisse le pratiquer avec enthousiasme et application, voire passion.

Plusieurs livres consacrés au tango mettent l’accent sur les risques que comporte cette danse. Si une personne n’a que cela dans la vie ou si cette danse est conçue comme une sorte de thérapie, etc., le tango peut vite servir de terrain aux manifestations les plus positives mais aussi aux plus négatives et dans ce cas il bascule du simple accomplissement personnel pour devenir un terrain de jeu propice au combat d’ego.

utlign5

Publicités

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Pierre CHAULIAGUET
    Mar 15, 2013 @ 13:49:12

    Merci pour votre éclectisme, votre compétence et votre ouverture d’esprit. J’espère que par vos écrits et votre action sur le terrain vous nous permettrez d’ouvrir toujours plus nos yeux et nos oreilles.

    Réponse

  2. Marie-Odile Brus
    Mar 24, 2013 @ 19:05:47

    Merci de ce billet Sacha. Il me revient en tête d’autres exemples de tentatives d’ostracisme :
    – Hugo Diaz qui a eu le culot de jouer de l’harmonica… donc pas un « vrai » musicien de tango
    – Melingo, enfant terrible, que bcp prefère ignorer
    – Gavito lui même, ce « danseur de Jazz » qui prétendait danser le tango !
    ils ont heureusement bien survécu dans le monde impitoyable du tango…..
    Je vais faire passer sur le « Café », (où mon départ est dû non à une auto censure mais au choix de faire parler …mon silence !)
    un abrazo

    Réponse

  3. Marie-Odile Brus
    Mar 24, 2013 @ 19:06:52

    prefèreNT ! oups…
    et la fin d ema phrase..; faire passer ma réponse sur le sujet !

    Réponse

A vous d'écrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 275 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :