Les nécessaires précautions des milongas de plein air.

Les milongas de plein air ont lieu dans un espace public, donc partagé par tout le monde (danseurs, mais aussi passants, badauds, riverains, etc.) et sont tolérées en règle générale dans la mesure où elles ne gênent personne.

L’usage de cet espace public est parfois juridiquement accordé à une entité extérieure au tango argentin, par exemple pour une manifestation dont la durée est variable, allant de quelques heures à quelques jours.

Les milongas de plein air doivent donc inscrire leur action en faisant tout pour respecter la nature publique et partagée du lieu, et ainsi assurer la pérennité de la tolérance qui leur est accordée.

À mon avis, il faut impérativement éviter certains comportements qui nuisent à l’ensemble des milongas à l’air libre :

1) La quête où le « chapeau » sont à proscrire car il me semble évident que dans ce cas le domaine public est utilisé pour gagner de l’argent à des fins personnelles, sans compter que cela est à l’opposé de l’état d’esprit de ces milongas (Milonga Ophelia l’a fait une fois mais dans un but très précis relaté sur son blog et n’avait pas gagné un seul centime d’euro).

2) La durée de la milonga.

Je pense que certaines milongas ont une durée beaucoup trop longue, par exemple 6 heures (annoncées ou de fait). Pour les personnes qui peuvent nous observer, cela induit nécessairement une notion d’emprise ou d’appropriation du domaine public et non un simple emprunt de l’espace dans un but festif. Il faut donc faire preuve de mesure.

3) Le choix du jour et de l’heure.

Dès lors qu’une manifestation est prévue et autorisée par la Ville de Paris et/ou la Préfecture de Police, il me paraît complètement inutile de prendre le risque de lancer une milonga.

Autant une annulation d’une milonga de plein air n’est pas grave en soi quand toutes les précautions ont été prises et cela fait aussi partie des risques inhérents à celle-ci, autant elle est difficilement excusable quand la prise de risque a été réelle, et il me semble que cela nuit à l’image de toutes les autres milongas.

À terme, le monde du tango en plein air risque alors une interdiction générale et absolue puisque la puissance publique ne cherchera pas à savoir s’il s’agit d’un comportement isolé ou non. Tout le monde sera mis dans le même sac…

Publicités

A vous d'écrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 275 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :