Orquesta Tipica Victor : l’orchestre de l’ombre lumineux.

Orchestre de l’ombre car il n’a jamais joué en public. Lumineux par les qualités musicales d’interprétation de ses membres successifs qui ont contribué à en faire une référence durant 19 ans dans le monde du tango (1925 – 1944).

La création de cet orchestre est atypique et originale.

À cette époque, les milongas n’étaient pas le seul lieu où l’on dansait le tango. Les particuliers pouvaient aussi organiser des soirées chez eux en faisant venir une formation musicale plus ou moins importante.

Alors que le succès de certains orchestres faiblissait comme celui de Julio De Caro, la maison de disques Victor a eu l’idée de fonder un orchestre dans le but d’enregistrer des morceaux spécialement adaptés à la danse, à l’exclusion de toute exécution en public, interdiction expressément stipulée dans le contrat qui liait les musiciens à la société de disques.

Afin que le succès soit au rendez-vous, la société Victor décide de s’entourer des meilleurs instrumentistes de l’époque. C’estAdolpho Carabelliqui se voit confier en 1925 la responsabilité de former l’orchestre et il choisit d’excellents musiciens :

Les bandonéonistes : Luis Petrucelli, Ciriaco Ortiz et Nicolas Primiani.

Les violonistes : Agesilao Ferrazzano, Eugenio Romano et Manlio Francia.

Le pianiste : Vicente Gorrese.

Le contrebassiste : Humberto Constanzo.

Toutefois, Carabelli ne dirige pas l’orchestre qu’il a formé. C’est Luis Petrucelli qui en assure la direction dès l’année de sa création. Quand en 1926, il part aux Etats-Unis avec Canaro, alors Carabelli en devient le directeur, et ce jusqu’en 1935.

De 1935 à 1943, la direction est assurée par Scorticati, puis par Maurano de 1943 à 1944.

Au fil du temps, certains musiciens illustres rejoindront cet orchestre qui de cette façon maintiendra son exceptionnelle qualité. Ainsi, les bandonéonistes Carlos Marcucci, Federico Storticati, Pedro Laurenz, Anibal Troilo, les violonistes Cayetano Puglisi et Elvino Vardaro, les pianistes Gosis, Rizutti, Goresse et Maurano feront partie de cet orchestre.

Le succès est phénoménal de 1925 à 1944 à tel point que cet orchestre enregistre 444 morceaux.
Cet orchestre pouvait enregistrer pour des raisons commerciales sous plusieurs noms comme Orquesta Típica Porteña, Orquesta Radio Victor Argentina. Sur un même disque, il pouvait y avoir sur une des faces, un enregistrement de cet orchestre, et sur l’autre face, celui d’un autre orchestre, cette pratique étant courante à l’époque.

Le cas de Ciriaco Ortiz est particulier : membre de cet orchestre, il a enregistré avec les musiciens de cette formation mais sous le nom d’Orquesta Típica Los Provincianos principalement entre 1931 et 1934. La couleur musicale est légèrement différente.
Toutefois, il n’en a jamais été le directeur.

Au-delà de la qualité de ses membres, la société Victor et les directeurs de l’orchestre avaient très vite choisi un style de musique adapté aux exigences des goûts des danseurs tout en étant pragmatiques. Ainsi, les chanteurs qui étaient complètement absents de la formation initiale sont engagés progressivement à partir de 1928. Fidèle à son exigence de qualité, les chanteurs recrutés sont d’un excellent niveau. Citons quelques exemples : Charlo, Ernesto  Famá, Roberto Diaz, Alberto Gomez, Angel Vargas, Mario Pomar, Francisco Fiorentino, Carlos Lafuente qui a le plus enregistré avec cet orchestre.

Le style de cet orchestre était bien défini : interpréter les morceaux exclusivement pour marcher sur un rythme bien marqué, le tango étant une danse de marche. Pour ne pas altérer ce principe essentiel, les chanteurs avaient un rôle certes important mais qui ne prenait pas le rôle principal ; en d’autres termes, ils accompagnaient l’orchestre et sauf exception, ils chantaient seulement après la première minute du morceau.

L’orchestre a été dissous en 1944 alors que les grands orchestres de l’âge d’or avaient un succès fulgurant comme ceux de Di Sarli, Tanturi, Fresedo, d’Arienzo, Troilo, etc.

D’une certaine manière, l’Orquesta Tipica Victor a toujours beaucoup de succès. Sur certains de ses enregistrements à la qualité sonore d’ailleurs excellente pour l’époque, se produisent des danseurs célèbres comme le montrent les vidéos
d’ Osvaldo et Coca en 2010, Pablo Inza et Eugenia Parrilla ou bien Fabian Peralta et Lorena Ermocida en 2011.

Bien qu’il n’y ait pas de corrélation, il est amusant de noter que dans le domaine de l’opéra et de la musique classique, un orchestre a été créé spécialement dans l’unique but d’enregistrer des oeuvres lyriques ou symphoniques. En effet, en 1945, la maison de disques EMI a créé le Philharmonia Orchestra grâce à Walter Legge. Cet orchestre a enregistré de très nombreuses oeuvres qui font encore référence aujourd’hui dans le répertoire de la musique classique et de l’opéra.

Comme pour l’Orquesta Tipica Victor, le Philharmonia Orchestra a été dissous  très exactement 19 ans après sa création. Mais à la différence du premier, il s’est finalement produit en public et a même été recréé sous le nom de New Philharmonia Orchestra immédiatement après sa dissolution.

*

Deux tangos joués par cet orchestre :

Mi taza de café

*

Viento norte

*

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 271 autres abonnés