1. Le code du tango argentin en milonga

Le code du tango argentin selon Milonga Ophelia se définit comme un ensemble de règles applicables à tous, sans exception, dans le but de permettre de réaliser des milongas agréables pour tous les participants et de respecter l’ensemble des danseurs et danseuses qui la composent.

Le respect de ces règles, loin d’être une contrainte permet au contraire de créer une harmonie collective au-delà de la liberté individuelle des couples de danser leur propre tango.

Évidemment, cet ensemble de règles s’ajoute aux règles du savoir-vivre, de la bienséance et de la politesse de la vie en société.

A. Les règles liées à la danse.

1. Le respect de la musique.

La danse repose sur la musique. Il faut donc d’une part s’efforcer de danser sur elle et non à son encontre et, d’autre part, adapter sa danse au style de la musique.

2. Le respect du groupe.

Le tango argentin est principalement une danse de marche dans un espace délimité, à savoir la piste de danse sur laquelle évoluent les couples.
Le principal risque est celui de la collision étant donné la proximité plus ou moins grande des autres couples.

Dans une très large mesure, les règles de conduite ont pour objet d’éviter toute collision et repose sur des principes simples le plus souvent fondés sur le bon sens.

2.1. Le sens du bal.

Les danseurs doivent évoluer dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Par conséquent, la marche arrière est interdite. Toutefois un pas en arrière est possible à condition que cela ne gêne pas le couple qui se trouve derrière. En revanche, on peut faire un pas en arrière quand on est de côté (perpendiculaire à la ligne de danse) en prenant la précaution de regarder si cela ne gêne personne.

2.2. Les lignes de danse.

Il y a trois voies d’évolution.

– La ligne extérieure qui se caractérise par le mouvement, la marche, la volonté d’avancer dans la fluidité. Sur cette ligne, il est impératif de ne pas retarder les danseurs qui suivent. Par conséquent, les figures doivent être très limitées et en tout cas ne jamais freiner ou retarder le mouvement de la piste ( voir ligne bleue du schéma ci-dessous ).

– La ligne intermédiaire qui est plus à l’intérieur de la piste est réservée à un tango plus lent mais toujours en respectant le mouvement de la piste ( voir ligne verte du schéma ci-dessous ).

– Le centre est davantage réservé aux danseurs qui pratiquent les figures, ce qui ne veut pas dire que le centre peut être approprié par un ou deux couples. Là encore, on doit respecter les autres danseurs ( voir zone orangée du schéma ci-dessous ).

Ainsi, quand chacun respecte la ligne de danse et les distances entre les couples, les risques de collision sont limités.

2.3. Chacun sur sa ligne.

On doit rester sur sa ligne de danse. Doubler un couple doit rester une exception et toujours se faire par la piste intérieure. En doublant par la droite, les risques de collision sont en effet très importants puisque la vue du cavalier doublé est inexistante ou presque sur son côté droit.

Normalement, on devrait à la fin d’une danse avoir devant, derrière et sur le côté, les mêmes couples qu’au début puisque la musique est la même pour tout le monde et que la ligne de danse est fixe.

2.4. L’entrée sur la piste.

En entrant sur la piste pendant un morceau, on casse presque nécessairement la ligne de danse des autres couples, sauf si l’espace est très suffisant pour ne pas gêner les couples qui évoluent. Dès lors, il vaut mieux attendre le début du prochain morceau pour entrer sur la piste si on ne peut pas le faire dans de bonnes conditions.

2.5. L’adaptation à l’espace.

En fonction de l’espace et de la densité des danseurs, on doit adapter sa danse et contrôler ses déplacements pour éviter les collisions. Quand on ne le fait pas, on crée un climat de dangerosité pour les autres couples qui est particulièrement mal ressenti. Aussi, les figures aériennes, ganchos et boleos sont à proscrire dès qu’ils ne peuvent pas être effectués en toute sécurité pour les autres couples.

Il est à noter que les grands danseurs de réputation mondiale adaptent leur danse en fonction du monde et de l’espace quand ils sont en milonga et ne font jamais de figures insensées quand les circonstances ne s’y prêtent pas.

Une piste de danse est matériellement définie et partagée et donc chacun doit évoluer dans une surface proportionnelle à celle des autres.

B. Le respect du partenaire.

1. Le confort de danse.

Le danseur doit avant tout proposer et non forcer sa partenaire à exécuter tel pas où figure, et bien entendu instaurer un climat de sécurité et de confiance en étant attentif à elle.

2. Être le plus possible dans la musique.

Ce qui suppose de s’abstenir de parler durant la danse sauf nécessité. Quand on a envie de parler, mieux vaut bavarder tranquillement en dehors de la piste.

3. Une milonga n’est pas un cours.

Les personnes qui vont en milonga viennent pour danser. Il est particulièrement déplaisant de « donner un cours » à sa partenaire ( dont au demeurant rien ne permet de penser qu’il est de qualité… ).

4. La courtoisie.

Sauf exception (incivilité, manque de respect, brutalité), il est incorrect de ne pas danser la tanda dans son intégralité.

À la fin de la tanda, il convient de quitter la piste et de raccompagner sa partenaire si on ne souhaite plus continuer de danser avec elle.

C. Les excuses.

Malgré toutes les précautions que l’on peut prendre et comme dans toute activité de groupe, il arrive qu’un incident se produise. C’est le cas notamment d’une collision plus ou moins forte entre danseurs.

Il appartient au danseur qui a bousculé quelqu’un de s’excuser. Il y a deux manières de le faire :

– Sans interrompre la danse, on peut faire un signe de la main ou un geste qui montre que l’on s’excuse.
– Attendre la fin du morceau et aller s’excuser.

D. Le comportement durant les pauses.

Dans une milonga, en dehors de la danse, il y a aussi quelques règles à observer durant les pauses afin de respecter les couples qui dansent.

1. On ne doit jamais couper la piste de danse quand les danseurs évoluent même si cela oblige à faire un détour.

2. Les déplacements le long de la piste de danse.

Quand on doit se déplacer en bordure de piste (pour aller s’asseoir, aller au vestiaire, aller au bar, etc.), il faut s’assurer de ne pas gêner les danseurs. Ce n’est pas aux danseurs de s’arrêter ou de faciliter le passage à une personne qui ne danse pas. Si la personne ne peut pas passer sans gêner, il lui appartient d’attendre la fin du morceau ou la cortina.

***

Illustration d’une milonga où les règles sont respectées :

____________________________________

Illustration d’une milonga où les règles sont enfreintes :

Aucun respect des règles et la piste devient sans intérêt et sans aucune harmonie.

 ________________________________________

Illustration d’un non-respect des danseurs :

Une personne isolée qui ne danse pas traverse la piste et à elle seule dérange tous les danseurs qu’elle croise sur son chemin. Un exemple : une personne quitte le bar pour rejoindre sa table un verre à la main…

Quand tout le monde respecte le code du tango argentin, la milonga a une réelle harmonie collective comme le montre ces exemples filmés à Buenos Aires :

*

LA GESTION DES PERSONNES QUI NE RESPECTENT PAS LE CODE DU TANGO ARGENTIN.

Comme dans toute société ou tout groupement dans quelque domaine que cela soit, vous aurez toujours une minorité plus ou moins grande qui ne respecte pas les règles avec toutes les conséquences que cela comporte pour les autres. Le tango argentin n’échappe pas à ce défaut et vous serez nécessairement confronté au problème de devoir gérer cette situation.

Évidemment, les lignes qui suivent ne concernent pas les tangueras et tangueros qui peuvent commettre une erreur de façon ponctuelle car cela peut arriver à tout le monde ( Errare humanum est ) mais les personnes qui de façon régulière, parfois tout au long de la milonga et pour certaines d’entres elles à chaque milonga, ne respectent pas le code et par voie de conséquence les autres danseurs.

LE DIAGNOSTIC.

Il est très important de bien identifier le danseur ou la danseuse qui est en marge du code car ainsi vous pourrez plus facilement gérer le problème.

1) Le non-respect de la ligne de danse.

C’est le cas du danseur qui passe d’une ligne à l’autre avec toutes les variantes possibles : de la ligne extérieure à la ligne intérieure, puis qui revient sur la ligne extérieure après avoir éventuellement fait un petit tour au milieu de la piste, etc. Bref, c’est le danseur qui slalome ou qui zigzague.

Comment l’identifier ? D’abord cela se remarque aisément quand vous ne dansez pas et si ensuite vous ne retrouvez pas les mêmes couples qui étaient devant et derrière vous au début, cela signifie que la ligne de danse a été coupée ( sauf le cas où le couple qui vous précédait ou vous suivait a changé de ligne ).

2) Le non-respect de la fluidité de la ligne extérieure.

C’est le cas du danseur qui ralentit considérablement la circulation sur la ligne extérieure principalement consacrée à la marche en faisant de trop nombreuses figures, qui si elles sont possibles, doivent rester très limitées et ne jamais ralentir la progression des autres danseurs.

Comment l’identifier ? Précisément parce qu’il ne marche pas ou très peu et qu’il guide de trop nombreuses figures sur place, vous verrez alors un double phénomène : un grand espace entre lui et le couple qui le précède ( parfois de plusieurs mètres ) et des couples de plus en plus rapprochés les uns des autres derrière lui qui, faute de pouvoir avancer, sont bloqués.

3) La gestion de l’espace.

C’est le cas du danseur qui évolue globalement avec sa partenaire en occupant un espace trop grand en faisant des figures très amples alors qu’il y a une densité de danseurs qui devrait l’inciter à ne pas le faire.

Comment l’identifier ? Regardez la triste évolution de ce couple et imaginez de combien de mètres environ il faudrait pousser les murs de l’établissement pour que chaque couple puisse évoluer en prenant tant de place. Vous verrez que parfois c’est impressionnant !

4) Le guidage des boléos, volcadas, soltadas, portés, etc.

Ce problème est proche du précédent mais il en diffère en ce sens qu’il peut intervenir de façon ponctuelle, voire à partir d’une position statique.

Le contexte est toujours un espace trop restreint qui n’autorise pas ces mouvements.

Comment l’identifier ? C’est le danseur qui guide ce genre de mouvements trop près d’un autre couple, la danseuse dont vous voyez le pied aller verticalement très haut ou bien horizontalement le talon bien en avant, etc., en d’autres termes, le « ventilateur » standard ou sa version améliorée, l’automatique qui danse seule.

Il ressort de ces points que dans la très grande majorité des cas la responsabilité de ces problèmes incombe au danseur à qui il appartient de gérer l’espace et de guider les figures.

En fait, la responsabilité de la danseuse est limitée à peu près au cas unique où elle fait des boléos de grande ampleur de façon automatique et non guidée.

LES BONNES SOLUTIONS.

Maintenant que vous avez identifié les problèmes, il vous sera plus facile d’y remédier grâce à ces quelques conseils.

Le point fondamental que vous devez toujours avoir à l’esprit est la protection permanente de votre danseuse qui non seulement est la plus exposée mais ne voit pas la ligne de danse dans la majorité des cas.

Cette protection intervient à plusieurs niveaux.

1) Avant l’entrée sur la piste.

En milonga, prenez un peu de temps avant de danser et regardez l’évolution des danseurs dans leur globalité. Cela vous permet de vous imprégner de la couleur et de l’ambiance de la milonga et, en outre, il vous sera plus facile de voir la présence éventuelle d’une ou plusieurs personnes qui sont en marge du code.

2) Le choix de l’emplacement sur la piste.

Si vous avez remarqué ce genre de personnes, évidemment n’allez pas vous placer à côté d’elles. Au contraire choisissez de commencer la tanda entre deux couples qui n’ont pas ce comportement.

3) En cours de tanda.

Vous avez pris toutes les précautions, vous êtes bien placé mais un couple s’intercale devant vous et le couple qui vous précédait, ou bien arrive à vos côtés en faisant des figures inappropriées, voire cumule un peu tout ceci.

C’est là que la protection de votre danseuse doit être optimale car vous êtes en pleine évolution tous les deux. Le risque pour elle est de prendre un coup aux conséquences qui peuvent être fâcheuses comme une blessure plus ou moins sérieuse ( un mauvais coup peut parfois empêcher votre partenaire de danser pendant plusieurs jours ).

Vous avez en tant que danseur quelques solutions pour éviter ou diminuer les risques d’un coup reçu par votre partenaire :

Maintenez votre abrazo et notamment votre bras céleste ( le bras gauche de l’homme) qui délimite votre espace normal et présente l’intérêt dans certains cas d’avoir le choc au niveau du bras, ce qui est certes gênant, mais moins grave, et en tout cas cela protège les visages. Si vous diminuez votre abrazo et que vous vous recroquevillez en quelque sorte, non seulement cela ne sert à rien car le couple dangereux empiétera encore plus dans votre espace et en outre, vous pouvez recevoir un coup au niveau de la tête ( par exemple un coup de coude ).

Si un couple proche de vous fait des figures inappropriées et qu’il présente un réel danger pour votre partenaire, vous pouvez vous placer dos au couple dangereux par un demi-tour et ainsi vous ferez écran entre lui et votre partenaire ( ce qui signifie évidemment que vous pouvez prendre un coup vous-même car vous n’avez plus vraiment de champ de vision pendant quelques instants ).

Enfin solution ultime en cas de réel danger, interrompez votre danse ( c’est un cas exceptionnel où vous pouvez le faire ) en prenant soin d’expliquer à votre danseuse la raison pour laquelle vous agissez ainsi. Une tanguera ne vous en voudra jamais d’agir de la sorte pour lui épargner un coup quasi certain.

Si au cours de la tanda, vous avez la malchance de vous retrouver à côté d’un couple hors code, n’hésitez pas à changer de place après le morceau si et seulement si vous ne gênez personne.

Malheureusement, pour tous les changements de file intempestifs, les entrées en force sur la piste, une personne qui traverse la piste, etc., vous ne pouvez pas faire grand-chose car la ligne de danse est automatiquement cassée.

Le cas particulier des boléos mérite que l’on s’y attarde car c’est là que le danger est le plus grand et contrairement à une idée reçue, la responsabilité n’incombe pas obligatoirement à l’homme quand ils sont faits n’importe comment.

Il est vrai qu’un danseur doit guider un boléo de plus ou moins grande ampleur uniquement si la danseuse qui l’exécute peut le faire sans danger pour les autres. Mais il peut arriver que la danseuse, surtout si vous ne la connaissez pas, peut exagérer l’ampleur du boléo volontairement ou involontairement. Dans ce cas, le plus simple est de ne plus en guider du tout.

Si la danseuse fait des boléos qui ne sont pas guidés car cela peut arriver, essayer de la faire marcher le plus possible et d’être le plus minimaliste possible de façon à éviter toute situation pouvant lui laisser penser que vous guidez un boléo. De toute façon, on peut parfaitement danser le tango argentin sans faire de boléo à tel point que certains grands danseurs en guident rarement.

Il peut aussi arriver qu’un danseur guide des boléos de très grande ampleur et que cette fois-ci c’est la danseuse qui estime ne pas pouvoir les faire, précisément parce qu’elle considère qu’elle mettrait en danger les autres danseurs. Elle dispose de la solution de faire les boléos au sol.

LES FAUSSES SOLUTIONS.

1) Parler.

Face à quelqu’un qui ne respecte pas le code du tango argentin il est complètement inutile de le lui faire remarquer en lui parlant que ce soit sur la piste entre deux morceaux ou en dehors car à mon avis cela ne sert à rien. Sur la piste, cela peut même aggraver l’ambiance déjà désagréable car la personne peut se sentir vexée vis-à-vis de sa partenaire, considérer qu’elle a raison, vous expliquez qu’elle ne vous a pas touché, etc.

Sur ce dernier point, on peut être un danseur qui ne respecte pas du tout le code du tango argentin et ne jamais bousculer quelqu’un pour l’unique raison que ce sont les autres qui feront en sorte de ne pas être touchés par lui.

En revanche, si une personne qui vous a bousculé ne s’excuse pas, vous pouvez sans problème lui faire remarquer mais sans entrer dans des palabres si elle est de mauvaise foi et qu’elle vous explique que vous avez tort, etc. ( en principe cela confirme assez bien le personnage… ).

2) Faire la même chose.

Cette solution est catastrophique pour deux raisons : en premier lieu, en calquant votre comportement sur les erreurs des autres vous iriez à l’encontre des vraies valeurs du tango et, en second lieu, vous participeriez à la dégradation encore plus accentuée de la milonga par un processus cumulatif.

Il est donc parfaitement inutile de jouer des coudes pour vous faire de la place, changer de ligne, etc., d’autant plus que vous pourriez passer pour tout sauf un tanguero, terme qui dépasse la notion de danseur pour un comportement irréprochable sur la piste et en dehors d’elle.

LE ROLE DES ORGANISATEURS DE MILONGAS.

Dès lors que les milongas sont payantes, les tangueras et tangueros qui sont aussi des clients sont en droit d’exiger d’avoir des conditions de danse satisfaisantes.

Dans la vie sociale c’est exactement la même chose qu’il s’agisse des restaurants, des cinémas, des théâtres, des clubs sportifs, etc. On n’imagine pas une ou plusieurs personnes pertuber une séance de cinéma, bousculer quelques tables dans un restaurant, faire du bruit au cours d’une représentation théâtrale, etc., en toute impunité.

Je ne vois pas pourquoi un organisateur de milonga n’aurait pas la possibilité d’exclure une ou plusieurs personnes qui manifestement ne respectent pas les autres alors qu’elles ont été aimablement averties préalablement. D’ailleurs en Argentine où les milongas sont organisées en règle générale par des structures associatives puissantes, avec ou non des guardia pista de fait, les personnes qui manifestement gênent les autres sont invitées à quitter les lieux.

Que se passe-t-il quand les organisateurs de milonga sont passifs face aux personnes qui dérangent anormalement en fréquence ? Peu à peu les clients vont ailleurs…

Il suffit d’ailleurs de se référer aux paroles du type « je ne vais plus là-bas car on prend des coups » ou « vraiment ça danse trop mal » ( en réalité ce n’est pas le niveau de danse qui est incriminé mais le comportement de quelques-uns ) pour mesurer à quel point une trop grande volonté régulière de ne pas réagir de la part des organisateurs a un effet contre-productif commercialement, et globalement tout le monde est perdant.

Voici d’autres exemples de code de tango argentin.

La forme diffère mais l’esprit reste le même et tous ces exemples ont pour but de rendre les milongas harmonieuses dans le respect de tous et sont donc très utiles.

Voici un exemple de code du tango argentin qui est très bien fait et dont le mérite est d’être disponible en plusieurs langues et formats en cliquant ICI. Bravo à leurs auteurs !

*

Lundi  6 février 2012 dans une Milonga parisienne ( Milonga Sentimental ), il y avait un code du tango argentin écrit sur des feuilles à la disposition des participants.

La rédaction de ce code est excellente et je trouve que cette sensibilisation au bon comportement en bal est une très bonne chose qu’il faut encourager. Merci Augusto !

*

Mercredi 15 février 2012, dans une Milonga parisienne ( Practica Victor ) un code du tango argentin était affiché. Cette sensibilisation au bon comportement en bal est une très bonne chose qu’il faut encourager. Merci Leah et Jean-Philippe et aussi  pour cette très belle soirée où la musique était excellente.

Rolando Valdivia a publié ce code sur sa page Facebook. Merci à lui d’avoir trouvé ce document que nous connaissons maintenant à Paris.

*

Dimanche 4 mars 2012, à la Milonga BeLTango, il y avait deux nouveautés concernant le code du tango argentin : sur un grand écran il y avait la projection de deux schémas très bien faits concernant la circulation en bal qui s’inséraient parfaitement dans les indications musicales du morceau diffusé et une annonce concise et très bien formulée qui expliquait les schémas.

Cette initiative est la bienvenue et participe grandement à la qualité d’une milonga.

Le fait de pouvoir lire sur un écran une page très bien conçue sur le morceau diffusé sur lequel les danseuses et danseurs évoluent, présente l’intérêt majeur de connaître son titre, l’orchestre qui le joue, l’année de l’enregistrement, le tout avec une mise en page de qualité ( photo, etc. ) et cela permet d’enrichir les connaissances musicales si indispensables pour la danse.

Un grand bravo et merci aux organisateurs Laure et Bruno pour ces points et la qualité de leur milonga !

32 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Martine Va.....
    Sep 03, 2011 @ 13:59:15

    Bravo à vous deux et plus particulièrement a Douchenka pour ce travail de recherches à tout niveau.
    Et le code! Je me prends parfois à rêver que tout le monde l’appliquerait pour le plaisir de belles milongas harmonieuses .
    Je vous embrasse tous les deux
    Martine Va

    Réponse

  2. Bruno Jardel
    Sep 05, 2011 @ 21:57:55

    Un code plein de bon sens…
    Le danseur, la danseuse est par essence un être d’une grande sensibilité artistique, et le tango permet de s’exprimer avec une grande variété de sentiments.
    Mais quel dommage de s’exprimer si personne ne vous écoute ! Ne parlez pas seul, ne parlez pas uniquement à votre partenaire, parlez à tous les danseurs : la tango dans la milonga n’est une danse de soliste, pas une danse de couple mais plutôt une danse de groupe.
    B.J.

    Réponse

  3. Lou Vitale
    Sep 06, 2011 @ 15:52:30

    je Suis entierement d’accord sur ces regles..que dans un pur egoisme !! certains font preuve d’ignorence!!alors que c’est dans la danse qu’on devrait trouver le plus grand respect ce n’est pas faute ..des enseignents qui le répete a tout bout de champ

    Réponse

  4. Marcel Veillette
    Sep 07, 2011 @ 02:06:38

    J’aime bien! On pourrait ajouter (en 2.5 peut-être): éviter de bloquer indûment la circulation sur la piste par de longues ou nombreuses figures. Utiliser les coins ou le centre pour les figures quand c’est bondé. Un bon indice: s’il y a 3-4 mètres de libres devant soi, grandes sont les chances que les couples soient retenus derrière et marquent le pas, impatients de voir l’embouteillage enfin se résorber.

    Réponse

  5. Michel Raynaud
    Sep 19, 2011 @ 10:36:50

    Excellent travail de compilation. Les responsables de milongas devrait remettre ce type de document à l’entrée, avec le billet d’entrée.

    Je ne demande pas de faire passer un permis de conduire ( à points) ), mais quelques fois j’avoue y penser!

    Réponse

  6. lalie
    Sep 30, 2011 @ 13:30:06

    Dans le dernier numéro Tout Tango magazine Gisela Passi et Rodrigo Rufino ont voulu écrire un article sur les codes du bal et ainsi participer en tant qu’enseignant à l’amélioration de la qualité des bals. Bien que ce ne soit pas nouveau, je pense qu’il est bon de sans cesse renouveler par tous les moyens possibles (il y en a beaucoup d’autres et d’autres encore à inventer) ce genre de conseils .. peut-être un jour les bals tourneront sans heurts et en harmonie!!
    Lalie

    Réponse

  7. Pascal Guilbaud
    Oct 01, 2011 @ 14:34:44

    Bravo pour ce rappel qui hélas serait une découverte pour beaucoup de danseurs.

    Nous permettez vous de le reproduire en partie sur les flyers à disposition dans nos milongas?
    Pascal – Les Allumés du Tango – Nantes

    Réponse

  8. Charlotte
    Jan 30, 2012 @ 15:39:39

    Excellente initiative!!!! Merci 🙂
    Charlotte

    Réponse

  9. Tanguero
    Jan 31, 2012 @ 23:14:11

    Arrêtez de vous plaindre ! Plutôt que de demander aux autres de vous laisser votre espace vital, demandez-vous comment vous allez créer cet espace au milieu de ce qui vous semble être un chaos. Si vous n’en êtes pas capables, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-mêmes de ne pas savoir danser. Les bons danseurs savent s’exprimer n’importe où, n’importe quand, quelque soient les conditions, bon ou mauvais parquet, bonne ou mauvaise danseuse, obstacles ou pas. C’est sûr que si vous dansez tête baisée ou les yeux fermés, faut pas vous attendre à ne jamais recevoir de coups. Une milonga c’est pas une garderie !

    Réponse

  10. Jean-Paul Rouleau
    Fév 26, 2012 @ 00:45:01

    Ces danseurs sont justement le problème; les règles énumérées sont appréciées par les danseurs d’expérience qui savent partager l’espace quand cette dernière est limité par le nombre de danseurs
    Ces danseurs qui se croient capable de s’exprimer n’ importe où, n’importe quel moment, dans n’importe quelle condition ne sont pas conscient que si ils y arrivent, c’est au détriment des autres danseurs qui restreignent leurs pas afin d’éviter les collisions.

    Il y a moyen de s’exprimer sur le plancher de danse sans empiéter dans l’espace des autres danseurs et justement en respectant ce code du tango qui est très juste et permet à tous de s’exprimer dans l’espace qui lui est réservée.
    Félicitation aux gens qui ont préparé ce code,, ils ont de l’expérience dans les salles comblées de monde. je suis certain qu’il sera respecté de plus en plus; mais malheureusement il y aura toujours certains danseurs qui ne comprendront pas ce partage, j’espère qu’il seront de moins en moins nombreux.
    crois que, ceux qui se pensent tellement habiles et intelligents pour créer leur espace dans un « chaos de

    Réponse

  11. Laforest
    Fév 27, 2012 @ 06:15:25

    Bravo, pour le code du Tango…. Pourquoi pas l’afficher en lettres rouges dans les milongas !!!!

    Réponse

  12. gravet patrick
    Mar 13, 2012 @ 18:34:04

    Vous manquez quand même cruellement de tolérance.
    Y’a t il plus incorrect que de refuser une danseà un ou une débutante
    Que de chichis juste pour ce qu’est le Tango
    Une danse qui a pour but de s’amuser

    Réponse

  13. gravet patrick
    Mar 13, 2012 @ 18:35:25

    Et en plus les commentaires sont soumis à modération
    Une belle façon de ne faire apparaître que le meilleur
    Bravo pour ce manque de courage

    Réponse

  14. Marcel Veillette
    Mar 14, 2012 @ 12:18:16

    Justement, pour s’amuser, il faut quelques règles minimales de circulation, sinon c’est le bordel sur la route! Et le bordel, le cafouillage, les collisions ou les bouchons…ce n’est pas spécialement amusant.

    Réponse

  15. Sonia
    Mar 27, 2012 @ 11:17:04

    Bravo à vous deux pour tout ce travail !

    Réponse

  16. tanguero
    Avr 14, 2012 @ 03:20:14

    Haha je suis mort de rire ! Si c’est pour ressembler à cette horde de morts-vivants (cf les 2 vidéos censées représenter ta milonga idéale) tes règles non merci !

    Et pour info, je n’ai jamais entendu quelqu’un se plaindre à propos des danseurs (sur leur façon de danser hein, je ne parle pas des pervers) mais seulement à propos de l’endroit (parquet, climatisation, surface, volume, prix) et de la musique.

    Last but not least, tu as tout faux au sujet des danseurs qui peuvent danser dans des conditions extrêmes (de densité). Ce n’est pas que les autres se restreignent, c’est qu’ils ont tout simplement des réflexes et qu’ils savent gérer ! Encore une excuse pour les petits danseurs qui sont jaloux de ne pas avoir de telles compétences et qui voudraient que tout le monde danse comme eux (comme des morts-vivants quoi).

    Réponse

  17. evelyne
    Avr 14, 2012 @ 10:32:54

    merci de rappeler ces règles qui sont toujours appliquées à BsAs et sont vraiment agréables dans les bals tradis. les rares boléos que j’ai fait se sont faits dans des conditions précises : être sur la ligne extérieure, boléos petits et coté tables par sécurité. les tangueras/ros dansent tout petit et cela ne gache pas le plaisir de danser ! si on veut danser ouvert, on va tout simplement dans les bals qui le permettent, les bals de « djeunes » !

    Réponse

  18. congacero
    Nov 08, 2012 @ 11:39:11

    1.000 % avec « tanguero » ! Tout le reste est du pipeau !

    Réponse

  19. congacero
    Nov 08, 2012 @ 11:41:24

    TANGUERO : 1.000/% avec toi ! C’est du pipeau !

    Réponse

  20. congacero
    Nov 08, 2012 @ 12:28:05

    Je m’explique… Si on en croit tous ces « technocrates » , le TANGO se pratiquerait avec un carcan imaginé par ces quelques frustrés, lesquels ne se retrouvant pas en harmonie avec les autres danseurs, s’emploient à imaginer de nouvelles règles confortant leur manière de déambuler sur une piste,pas de danser, ce qui est la finalité : je suis d’accord pour que le règle de circulation générale soit appliquée : l’explication du sens vient de la position de l’homme qui est chargé du guidage ! Dans le sens des aiguilles horaires, il ne verrait que la tapisserie et non pas les couples qui évoluent à leur rythme, et ce, en raison de la position des deux têtes ! Et ils pourraient le heurter ! Sinon, à ce train, à quand les radars après le péage, excès de vitesse ou vitesse excessive, avec feux tricolores surprise, et pour les récalcitrants éventuels, les canaliser avec des fils de fer barbelés sur les voies de circulation légales… Non mais, un peu d’ordre s’il vous plait !!! Et n’hésitez pas à faire donner la « guardia civil »le cas échéant pour verbaliser(en Argentine ils sont spécialisés en la matière)! Pauvre convivialité ! Bientôt on va tous se regarder en chien de faïence ! Quant aux profs, n’enseignez plus que les bases, et encore faut-il les choisir, car en faisant le « tour » une cavalière a besoin de place … Pas de fioriture après un « croisé »…Ect…Le pied, quoi !

    Réponse

  21. congacero
    Nov 08, 2012 @ 16:24:19

    Quel argument !

    Réponse

  22. Zhigou
    Mar 04, 2013 @ 11:41:47

    A quoi sert votre magnifique plaquette sur la fluidité d’une milonga si on ne peut pas l’imprimer et la diffuser ?

    Réponse

    • Sacha (Milonga Ophelia)
      Mar 04, 2013 @ 16:58:12

      Les tracts sur la Fluidité du Bal au Tango sont téléchargeables gratuitement sur le site de xamooja et peuvent être imprimés à condition de ne rien modifier et de faire figurer l’auteur.

      Réponse

      • zhigou
        Mar 05, 2013 @ 18:35:10

        Bonsoir Sacha, J’ai bien téléchargé la plaquette mais on ne peut pas l’imprimer…traiter ce document comme un secret défense lui enlève tout son intérêt….aux vues de certaines réactions il y a pourtant du travail à faire !
        Merci pour ce blog et toutes ces infos intéressantes.

  23. congacero
    Mai 14, 2013 @ 17:05:31

    Il y a le fond et il y a la forme : secret défense ? Un ami intime m’a raconté une anecdote à ce sujet ! Après avoir dansé trois tangos avec une personne, il a été saisi d’un vertige et a demandé à cette dernière de bien vouloir arrêter de danser, en lui expliquant qu’il était gravement malade ! La Dame en question lui a répondu que « celà ne se faisait pas », conformément au code du tango ! Je vous laisse apprécier !

    Réponse

  24. Marielle
    Juin 14, 2013 @ 22:49:07

    Bonjour,
    Je ne sais pas qui est Sacha, si c’est un « il » ou une « elle », mais c’est chouette de voir que certains ont les mêmes thèmes de réflexion que nous et leur propre manière d’exprimer ce que nous pensons ou disons !
    Merci pour ce code qui me semble être une jolie base pour danser en société et en sécurité !

    Ayant été blessée par un danseur, j’ai écrit ce texte dont nombre d’éléments se rapprochent de votre proposition et évoquent des notions telle que la confiance et la sécurité. Cela pourrait peut-être éclairer certaines personnes qui ont commenté cet article de manière plus ou moins modérée : http://marielleb.blogspot.fr/2012/12/gentleman-in-tango.html

    Ce schéma avec les petits commentaires et l’article est aussi une autre manière d’expliquer la circulation en bal et ses conséquences : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=556256474424495&set=a.551012778282198.1073741826.520589347991208&type=1&relevant_count=1

    Pour ce qui est des codes, j’ai écrit un autre texte sur les codes des milongas traditionnelles à Buenos Aires. Dans ce texte, il n’y a pas de « c’est argentin, donc c’est bien ». Il y a une présentation des codes avec l’explication de certains d’entre eux et leur rôle dans le fonctionnement collectif.
    http://marielleb.blogspot.fr/2012/10/les-codes-des-milongas-traditionnelles.html

    Pour terminer, j’ai aussi fait cet article sur le cabeceo, car son utilisation a un fort impact sur le bien être des personnes sur la piste : on est en effet sûrement plus à l’aise pour danser quand on a la bonne personne dans les bras ! 😉 Pas besoin d’être sur Facebook pour y avoir accès.

    Merci encore, Sacha, au plaisir de savoir qui vous êtes 😉

    Réponse

  25. Pierre BROTO
    Juil 13, 2013 @ 16:27:11

    Félicitations pour ce site qui est très bien fait, et pour le rappel de règles élémentaires de bonne conduite qui sont trop souvent ignorées

    Réponse

  26. tangueaux
    Mar 07, 2014 @ 09:55:04

    Je suis surpris que de simple règles puissent devenir des points de discordes.

    1) il n’y a pas qu’une tradition du tango mais au moins 2.

    2) les règles sont là pour permettre à chacun de s’exprimer en préservant l’intimité du duo, et celle des autres autour en évitant les accrochages et les conflits. En cas de conflit? garder le sourire sans se draper dans le bon droit des règles …. l’harmonie avant tout.

    3) passer sa soirée à découvrir et a juger grâce aux astuces ci dessus qui a tort ou a raison est dans le sens des règles mais pas du tout dans l’esprit de ces règles….. le but est de garder l’harmonie.

    4) Un de ces barbus milongueros qui fait le flic toute la soirée et des réflexions aux uns et aux autres au nom de ces règles et des ces traditions … et du coup il engendre une mauvaise ambiance ce qui est exactement ce qu’il ne faut pas faire. Même si lui pense avoir le droit de son coté et donc la raison bin non le but c’est l’harmonie pas le respect des règles dans toutes leurs rigidités.

    5) Quand je lis des termes comme ventilateur, gymnaste je me dis que les auteurs font sans doute partie de l’haute du tango de ceux qui ont fait un choix et ne savent plus tolérer de différences. Des gens pas intéressant et ça entache terriblement l’avis que je me fais sur le reste de l’article… dommage

    6) Ne traduisez pas ce que j’écris comme l’autorisation de faire n’importe quoi, mais entre des règles appliquées despotiquement et le chao il y a des nuances qui doivent permettre une danse agréable pour tous avec un peu plus de créativité que le tango estilo del centro.

    Et enfin même si les uns pensent détenir la tradition du tango, il reste une règle au dessus de tout ça: courtoisie. Avoir raison n’autorise pas à devenir infecte et bousiller l’ambiance.

    Réponse

  27. Montalbert Gerrain
    Nov 27, 2014 @ 11:38:53

    – Peut être que la 1ère règle à respecter pour une ambiance réussie et surtout sans amorce de conflit commence par ne pas entasser dans une petite salle plus de danseurs qu’il ne soit possible d’en recevoir (trop souvent le cas hélas).
    – Suivant une enquête récente 80% des danseurs/ses de tango argentin on plus de 50 ans (ce qui devait générer un savoir vivre acquis sinon il est trop tard).
    – Dans l’apprentissage du tango les premières règles émises par les profs sont le sens du bal et le respect des distances entre couples de danseurs (sauf que dans une boîte de sardines ce n’est pas facile) on est plus souvent transporté qu’à gérer l’espace) j’exagère à peine.
    – Certains viennent pour le plaisir de danser (la grosse majorité) et d’autres pour se montrer (toujours en démonstration les bougres…souvent décrit comme ventilateurs) ça existe mais sont ils si nombreux ?
    – Il serait dommage d’en arriver à gérer des conflits dans un lieu où le plaisir de danser devrait en être la règle nous réglons un PAF pour passer 3à4 heures de danse avec le ou les partenaires amis(es) de son choix ou occasionnels(elles) pas pour se prendre la tête.
    – Concernant les codes certains parlent de CABECEO comme vital pour le tango je ne suis fan du principe comme à BA où danseurs/danseuses sont séparés en mettant les plus connus au 1er rang (les touristes bien au fond) bonjour pour la pratique du cabeceo de même toujours à BA chaque morceau (tango valse milonga) les danseurs/danseuses restent plantés sur la piste immobiles à papoter en laissant passer 15 voire 30 secondes de musique avant de commencer à danser (un brin lourd à la longue) sans parler des milongas même si les lieux sont souvent sympas la structure musicale est un tantinet rébarbatif (vieux tangos chantés au tempo donnant plus envie de dormir que de danser) mais bon il en faut pour tous les goûts.
    – Certains souhaiteraient que les milongas ne soient réservées qu’aux bons danseurs peut être devrions nous instaurer un permis de danser à chaque entrée de bal (je rigole) ou peut être à eux d’organiser des milongas élitistes où ils seront si bien ensemble.
    – Bon c’est vrai quelques imperfections à régler ici et là quelques maladresses aussi (un pardon et puis basta) on vient pour danser dans un lieu dédié aux danseurs/ses de tango passer une bonne après midi se dépenser sans compter le reste est-il aussi important que ça….doit on instaurer une dictature du tango moi j’en doute …………………………..

    Réponse

  28. NIASS
    Mar 01, 2017 @ 22:23:18

    Bonjour je suis évidemment d’accord avec ces règles de savoir vivre que chacun doit connaitre et appliquer mais il arrive que le petit nombre de tangueros par rapport aux nombreuses danseuses fasse oublier à certains tous ces principes.
    Je suis contente de pouvoir m’exprimer ici au nom de toutes ces tangueras laissées sur leur chaise que l’on n’invite pas pour plusieurs raisons : trop agées; je ne la connais pas; elle est nouvelle donc ne sait pas danser et puis c’est plus rassurant pour l’ego de ces messieurs de danser qu’avec des danseuses dont ils ont l’habitude; ainsi ils dansent mécaniquement, toujours avec les memes figures en regardant si on les admire; j’ai meme trouvé un danseur qui a fait du surplace pendant la tenda tellement il a eu peur croyant que je ne savais pas danser. Je ne suis pas débutante et quelque soit mon niveau c’est à lui de guider en fonction du niveau de sa danseuse or il en était incapable; a la fin de la tenda il m’a dit d’aller prendre des cours; quelle délicatesse! Je pense que c’est lui qui doit se remettre en question.. Il y a aussi ceux qui ne dansent qu’avec les plus jeunes et se ruent à plusieurs dessus en se disputant .Quelle honte!
    Ce fait n’est pas un fait rare mais très courant. Je pense que lorsqu’on danse le tango argentin on doit etre très sociable et très humble ; venir pour danser et passer un bon momment avec tout le monde alors il y aura une bonne ambiance mais pour l’instant dans les milongas que je fréquente ce n’est pas le cas.Des amies à moi on arreté tellement elles étaient déçues.

    Réponse

A vous d'écrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 266 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :